Écosse : oiseaux de la côte Est (1)

Benjamin / Non classé / / 0 Commentaire / Like this

2013, l’idée d’un voyage pour observer les oiseaux d’Écosse germe dans les têtes de Pascal et Catherine. L’autre Pascal, Touco, revient d’un trip sur Jura avec des superbes photos de paysages et de mammifères et n’attend qu’une occasion pour un troisième voyage au pays des whiskys tourbés. Pour ma part, l’Écosse et ses paysages m’ont toujours fait rêver et je suis très heureux de me greffer à ce projet quand on me le propose. C’est décidé, l’accent sera mis sur l’avifaune, et en particulier un oiseau emblématique (de l’Islande, de la LPO, mais aussi de l’Écosse), le macareux moine. Quelques mois pour organiser tout ça, au printemps 2014 un séjour sur l’Ile de Texel est déjà prévu, ce sera donc pour 2015.

Glanant des renseignements ça et là, le séjour s’organise autour d’Édimbourg, où on atterrira. On restera dans un rayon de 3 heures en voiture autour de la capitale pour ne pas passer notre temps dans les transports. Logement en cottage, 4 nuits au nord (Stonehaven) et 4 nuits au sud d’Édimbourg (Coldingham). Deux voitures pour assurer la liberté de chacun et le voyage est bouclé. Il reste à faire tenir tout le matériel en cabine, heureusement sur les vols Hop on a un peu plus de latitude (12kg) que sur Finnair (8). Panne de train à l’aller, avion raté, on est heureusement routés sur un nouveau vol quelques heures plus tard, tout finit bien et samedi soir on est tous réunis au cottage, remontés à bloc.

Malheureusement les prévisions annoncent une météo bien mauvaise le lendemain.

En effet, notre première journée sur les falaises de Folwsheugh sera très humide : un vent à décorner les blackfaces, une pluie battante et un petit 5°C très, très frais… Pour ma part le boitier restera au sec cette première journée, mais j’ai la banane : on a vu avec Touco notre premier macareux en vol stationnaire (contre le vent) à quelques mètres seulement, on est ravis, ils sont là, ce n’était pas gagné car c’est le tout début de la saison. On profite du mauvais temps pour tester nos premiers pubs. On sait que le lendemain sera une grosse journée, la météo est annoncée bonne. On va pouvoir profiter de ces superbes côtes sauvages. On a une pointe d’inquiétude pour la fin de la semaine, où des sorties en bateaux sur les iles sont prévues.

Laisser un commentaire

*