Cadeau

Benjamin / Mammifères, Non classé / / 0 Commentaire / Like this
Cadeau

Ce soir là, sitôt sorti du travail je prends le chemin de ma vallée préférée. 25 minutes de route, un peu de marche et je m’installe vers ce nouveau terrier. C’est mon deuxième affut, la première fois j’ai eu très froid (il faisait 4°C il y a 10 jours). J’avais affuté depuis le bord du chemin, et un renard avait pointé son nez pour rentrer dans le terrier à 18h45. J’avais eu peur qu’il m’ait vu, bien que je n’aie pas détecté de signe de panique. La soirée s’était finie sans autre apparition.
Et donc, le soir de ce nouvel affut, vers 20h20 environ un blaireau adulte sort, se gratte un moment (derrière un arbre, forcément), puis traverse le chemin à quelques mètres de moi. Je ne peux faire que 2-3 photos souvenir, je suis mal orienté depuis ma nouvelle position à la hauteur des terriers et il n’est pas question de bouger. Je suis toujours très prudents lorsque j’affute pour la première fois vers des terriers. L’an dernier un blaireau est sorti comme un bouchon à 1m de moi, et a du avoir la peur de sa vie en me voyant :-). Le trou était quasi indétectable dans la roche…

Le blaireau adulte prend le large tranquillement

Quelques minutes plus tard je vois une boule de duvet sortir d’un trou un peu plus à droite, juste dans l’axe. C’est un blaireautin qui sort et joue avec les feuilles d’une petite branche. Puis une deuxième, ils restent la plupart du temps dans le trou donc les occasions de déclencher sont rares.

Finalement ce sont 3 blaireautins qui jouent et partent de l’autre côté tranquillement.

A ce moment là j’entends farfouiller sur ma droite au dessus, discrètement puis de manière plus prononcée.
Je finis par identifier une chevrette qui descend vers moi doucement. Je surveille d’un œil les blaireaux qui s’éloignent tranquillement. La chevrette passe juste derrière moi, s’enfonce dans le bois. Au bout d’un moment elle m’évente, aboie 2-3 fois et s’éloigne.
Là je me dis que je vais en profiter pour plier, je rassemble mon filet, et je vois une forme qui bouge sur le terrier d’où sont sortis les blaireautins.
Un renard y est assis, il fait tranquillement sa toilette. Je le vois à peine, pas question de faire une photo. Je me fige. Il finit par bouger, tranquillement, et se dirige droit vers moi.
Intérieurement je me dis « non, non, fais pas le con, renard, tu vas finir par me voir ».
Il s’arrête à 4m de moi et se gratouille tranquillement l’oreille. Je ne pense pas que c’est celui de la dernière fois, qui avait les flancs maigres. Je mise sur un mâle, avec un beau pelage et un pompon blanc sur la queue.
Il repart tranquillou et passe derrière moi. Je suis toujours figé, je ne peux plus le regarder, il me semble que j’entends son pas s’accélérer mais je ne suis pas sur. Est-ce qu’il m’a senti?
En tout cas ces 5 minutes avec le renard à côté de moi, tranquille… du pur plaisir (et zéro photo)

Les dos des 3 blaireautins jouant dans le trou du terrier.

Laisser un commentaire

*